----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

FRANCE 5

CULTE ! - TÉLÉ : LA LOI DES SÉRIES

-----------------------------------------

Un film réalisé par

Daniel ABLIN

 

Ecrit par

Serge JULY & Antoine de GAUDEMAR

 

Commentaire dit par

Aline AFANOUKOÉ

 

Musique originale

Thomas VEROVSKI

 

Image

Eric GENILLIER

 

Son

Thierry BLANDIN

Philippe BENOIST

Joël FLESCHER

 

Equipe Etats-Unis

Walther FANTOLA

Sy HAMYDOO

Joel HIRSCHFELD

Nicolas MAZET

 

Montage

Sylvie CRÉPEL

 

Assistant monteur

Jérôme MILLION

 

Montage son

Benjamin ALVES

 

Mixage

Julien ALVES

 

Étalonnage - effets - graphisme

Arnaud LAMBERT

 

Montage bande-annonce

Thomas ROUARD

 

Directeur de production

Damien MAURA

 

Assistante de production

Marlène DIONNET

 

Renfort

Corneliu DRAGOMIRESCU

 

Documentaliste

Dyvia BABECOFF

 

Stagiaire production

Georges CALEMARD

 

Administrateur de production

Experts Wilson

 

Musiciens

Cordes : Corine Auclin, Sylvie Carrasco, Caroline Collombel, Virginie Joseph, Frédéric Mangeon, Christophe Ribière, Noémie Roubieu, Paul Pouger, Laure Simonin, Myriam Teillagory, Florence Veniant, Fettouma Ziouani

Chant lyrique : Mélisande Lavoine-Froidure

Guitares : Serge Gelli, Marco Papazian

Flûtes, saxophone : Pierre Mimran

Claviers, piano, programmations : Thomas Verovski

 

Prise de son : Christophe Sarlin

 

Moyens techniques

AL Studio, Dokan, Video plus, Keep In News,

Manuel CAM, Must Informatique, Tigre productions

 

Remerciements

 

Anna Nicoll, Dan Kilgore, T.J. Johnson, Matthew Mitchell, Stephan Sperry, Clare Walker, Gerry Buckland, Matthew Hodges, Nicholas Nicolaou, Eliana Barbosa,

Diana-Odile Lestage, Elise Tessarech Nathalie Chambon

Z Hotel, Forum des Images, la Femis,

 

La Spedidam

 

Une production

 

FOLAMOUR

Marie GENIN

 

Avec le soutien

du Centre national du cinéma et de l’image animée

de la PROCIREP - société des producteurs et de l'ANGOA

de la SACEM

 

Avec la participation de France Télévisions

 

Presse

Anne Sophie BRUTTMANN

 

Production

Valérie VERDIER-FERRÉ

Chantal POLVEREL

 

Unité Documentaires

Caroline BEHAR

Carole WHEATCROFT

Isabelle MORAND-FRENETTE

Dominique FERRÉ

 

© FOLAMOUR – 2014

 

 

 

TELERAMA / Critique du 27/09/2014

 

Il faudrait avoir vécu ces vingt dernières années sur une île déserte aussi paumée que celle de Lost pour ignorer qu'un phénomène culturel de grande ampleur a déferlé sur le monde. Non, l'engouement international pour les séries n'est pas une simple mode, c'est une ré-vo-lu-tion. A force d'exemples, ce documentaire en forme d'état des lieux enthousiaste devrait finir de convaincre les sceptiques, mais ennuyer un brin les convertis déjà fin connaisseurs de la saga qui nous est ici contée.

 

De la naissance du soap opera, destiné à divertir la ménagère américaine (et à caser des pages de pub) au lendemain de la guerre, à l'apogée des chaînes du câble (dont la fameuse HBO) et de leurs ambitieuses créations à l'envergure littéraire (Les So­prano, Mad Men, Six Feet under...), nous assistons en accéléré à la transformation d'un objet de passion populaire en « art du xxie siècle ». Il semble loin le temps où Dallas emballait les foules en récoltant le mépris des élites. Non sans une pointe d'ironie, son créateur, David Jacobs, fait désormais figure de visionnaire : il est le premier à avoir imposé, en prime time, le principe des épisodes à suivre terminés par d'intenables cliffhangers (l'Amérique dût attendre quatre mois pour savoir qui avait tiré sur JR !).

 

Loin de réduire le genre à une géniale recette narrative, le film s'attache à montrer, au fil des extraits et des intervenants, les multiples visages — artistique, économique, sociologique — des séries contemporaines. Reflet critique de la société (The Wire, Treme), plongée dans l'intime (là où ne s'aventure plus le cinéma hollywoodien), relation privilégiée avec des personnages qui vieillissent avec nous... Autant de vertigineuses et passionnantes possibilités bien à l'étroit dans un format de cinquante-deux minutes chrono. — Isabelle Poitte

 

Isabelle Poitte