--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

FRANCE 5

#JR (les 3 premières minutes)

-----------------------------------------

(2018)
Documentaire de 52 mn pour France 5

 

L'aventure extraordinaire du photographe JR, activiste de l'art, dont les interventions spectaculaires sont des manifestes humanistes, pacifistes ou mémoriels.

 

Critique dans "Les Echos" par Michèle Warnet :

 

"L'artiste JR couvre les murs du monde entier de ses impressions noir et blanc surdimensionnées, mais dans le même temps son identité est dissimulée derrière l'écran de ses lunettes noires. Un documentaire diffusé par France 5 dimanche 25 février tente de percer le mystère de son succès planétaire autant que des réticences qu'il suscite.

JR, est à la fois visible partout et nulle part ! Artiste contemporain venu du street art, il a dès le début des années 2000 tracé une voie unique et nouvelle dans ce domaine en couvrant les murs des villes de portraits géants. Passé maître dans l'art de la communication digitale globale autant que dans celui de protéger sa sphère privée - jusqu'à son propre nom - sa silhouette au chapeau italien et aux lunettes noires séduit autant qu'elle agace.

Serge July et Antoine de Gaudemar, ex-compagnons de route à la tête du journal Libération, ont entrepris, avec Daniel Ablin à la réalisation, de percer le mystère de ce phénomène dans un film de 52 minutes pour France 5. D'une construction efficace et très journalistique, le film passe en revue l'histoire de JR, ponctuée d'analyses de personnalités du monde de l'art, historiens, directeurs de musées ou de magazines et sociologues.

Celle du président du Palais de Tokyo pose d'emblée la problématique. « JR est l'un des artistes les plus connus au monde et l'un des plus mal-aimés par le monde de l'art ", souligne Jean de Loisy qui a exposé, à Paris, l'an dernier un immense collage de 150 m2 fait des portraits des habitants d'une cité de Clichy-Montfermeil. Le film ouvre sur l'inauguration par François Hollande, à quatre mois de l'alternance présidentielle, avant que l'oeuvre rejoigne son berceau, transformant le bas des immeubles en joyeuse place de village.

De La Havane aux favelas, en passant par Ellis Island ou la Palestine, JR fait surgir sur les murs les visages immenses des invisibles. Ses affichages créent du lien, on se déplace pour les voir, on les photographie - beaucoup -, on en parle, on en rit ou on se dispute devant. Une démarche initiée en 2004 à la cité des Bosquets de Montfermeil avec son ami Ladj Ly. « C'est là que j'ai compris la force de l'art " explique JR dans le documentaire.

Personnage « solaire "

Rien ne résiste à ce personnage « solaire », comme le qualifie Daniel Ablin. De fait, il est au sommet. Celui des villes, comme le film le montre en ouverture avec une plongée lente sur Manhattan, et celui de la notoriété. Pas tant en France pourtant, où « le poids des institutions artistiques »  que déplore Serge July le maintient hors du sérail. Affichiste, photographe, performer... En plus, JR est inclassable, et ça, certains « street artists » ne le lui pardonnent pas.

Clivant, jalousé, JR « est quelqu'un qui avale le monde, il est insaisissable » commente Serge July. Il continue de couvrir (gratuitement) les murs du globe de ses oeuvres empathiques et politiques, grâce aux 2% d'activité de ventes d'art qu'il réalise en galerie. Quant à son film « Visages, Villages ", co-réalisé avec Agnès Varda, il concourt pour l'Oscar du meilleur documentaire qui sera dévoilé le 4 mars.

 A 35 ans, JR est plus qu'un artiste, c'est un média - si l'on tient compte de l'ampleur de ses actions. Rendez-vous dimanche matin pour la diffusion de ce bon documentaire sur France 5, dont on regrette toutefois que la voix off féminine ne soit pas davantage sur la profondeur que sur la crête. Et pour les très mobiles, les trop pressés ou en décalage horaire, il reste le replay."

 

 https://www.lesechos.fr/week-end/culture/expositions/0301340289917-photo-jr-lhomme-qui-donne-des-visages-aux-murs-2156170.php#xtor=CS1-31#B75ZdVY4EZQbq7ZY.01

 


Un film de

Serge JULY

Daniel ABLIN

 

Ecrit par

Serge JULY & Antoine de GAUDEMAR

 

Conseiller Artistique

Magda DANYSZ

 

Avec dans l'ordre d'apparition

 

Jean de LOISY

JR

Fabrice BOUSTEAU

Emile ABINAL

Laurent LE BON

Dominique WOLTON

Ladj LY

Magda DANYSZ

Agnès VARDA

 

 

Commentaire dit par

Cécile COMBES

 

Musique originale

Thomas VEROVSKI

Des Mesures Productions

 

Musique additionnelle

Pierre ABLIN

 

Image

Eric GENILLIER

Lucas MILLARD

 

Son

Denis LEPEUT

Guillaume VALEIX

 

Montage

Isabelle MARTIN

 

Assistants monteur

Robin GAUSSÉ

Quentin REMY

 

Montage son

Vincent HAZARD

 

Mixage

Julien ALVES

 

Étalonnage

Éric SALLERON

 

Effets - graphisme

Robin GAUSSÉ

 

Musicien

Thomas VEROVSKI

 

Directeur de production

Damien MAURA

 

Assistantes de production

Marlène DIONNET

Alice REDON

 

Assistant de production adjoint

Jean DAUPTAIN

 

Documentaliste

Barbara SCHÖLNBERGER

 

Administrateurs de production

Carine TAVER

Experts Wilson

 

Moyens techniques

Loca Images, Keep In News, Video Plus

Avidia, Nice Fellow

 

Documents d’archives

 

Fonds JR

"Les Bosquets"

"The Beginnings"

"Face 2 Face"

"Inside Out - the movie"

"Wrinckles of the City – La Havana"

"Wrinckles of The City - Istanbul"

“Ellis“

Photographies

 

Ciné-Tamaris

"Visages Villages", Film de JR et Agnès Varda, 2017

 

Institut National de l’Audiovisuel

INA, "Hollande inaugure une fresque à Clichy-Montfermeil"

France 2, "journal de 20h, Clichy-sous-Bois/factuel Nuit"

France 3, "JT midi Paris Ile-de-France. Les Bosquets : exposition sauvage photos gênantes"

France 3, "19/20 Edition Nationale, Projet artistique et Favelas de Rio"

 

Avec l’aimable autorisation d’Estelle Ghouzi, P.Prod

A.U.Z, Active Zone Urbain, France 5

 

Avec l’aimable autorisation de Blackpills

« Chroniques de Clichy Montfermeil »

 

Pond 5

Images fournies par VIAFilms, logoboom, SpotmatikBlueSkyAerials, Felixmizioznikov, topiary, VUSschneider

 

 

Tous droits réservés

 

Remerciements

 

Rosalie VARDA, Emile ABINAL, Marc AZOULAY, Maud MALFETTES, Lisa TRUCHASSOUT, Leslie LECHEVALLIER au Musée Picasso,

Dolores GONZALEZ et Hugo VITRANI au Palais de Tokyo, Estelle GHOUZI à P.Prod,

Ernest PIGNON-ERNEST, Liu BOLIN, Gaëlle GABILLET et Stéphane VILLARD à Studio GGSV, Stéphane  BISSEUIL, Clémence WOLFF à la Galerie Magda Danysz,

Claude DEGOUTTE, Isabelle VIROT,

FERNAND, L’Association LE MUR, CODEX, Nadège DAUVERGNE, KONNY, Gilbert MAZOUT, SPYR, BANKSY, OS GEMEOS, Shepard FAIREY, Keith HARING, LEVALLET, MISS TIC, CODEX URBANUS, Fred LECHEVALIER, Philippe HERARD, HOPARE, Jérôme  MESNAGER, JANA & JS, 13Bis, FAILE, PICHI & AVO, WOFS BAT GASH, Kitsa et Lala SAIDKO, RETRO, Vincent BRUNO, MANYOLY, EVAZESIR (No Rules Corp), ZSCAPE et KANOS, LMDACR, HNRX

John McINNES à Save Ellis Island,

Jean Marc DEMMER à Eight VFX, Restaurant San Ambroes à New York, Café Beaubourg à Paris

 

 

Une production

 

FOLAMOUR

Marie GENIN

 

 

Avec le soutien

du Centre National du Cinéma et de l’Image Animée

 

 

Avec la participation de France Télévisions

 

Presse

Anne-Sophie BRUTTMANN

 

 

Production

Valérie VERDIER-FERRÉ

Chantal POLVEREL

 

Unité Documentaires

Caroline BÉHAR

Anne GOURAUD

Dominique FERRÉ

 

 

© FOLAMOUR – 2018